Quelques infos que vous ignorez sans doute sur l’infidélité

On lit / entend parfois de drôles de choses sur l’infidélité.

Vraies ou pas, les infos présentées dans cet article ont au moins le mérite d’aiguiser notre curiosité et de nous faire réfléchir 🙂

Vous avez plus de chances d’être infidèles si votre annulaire est plus long que votre index !

C’est ce qu’affirme une étude menée par des chercheurs des universités d’Oxford et de Nothumbria (*).

D’après les chercheurs, plus l’annulaire est grand, plus la personne en question emmagasine de testostérone, et plus les désirs sexuels augmentent.

Les hommes à la voix grave et les femmes à la voix aigüe seraient plus propices à être infidèles …

D’après une étude canadienne (*), la tonalité de la voix dépend du taux d’hormones.

  • Les hommes qui ont la voix grave ont un fort taux de testostérones.
  • Les femmes qui ont la voix grave aigüe ont un fort taux d’œstrogènes.

Or on le sait, le taux hormonal a une influence sur notre humeur et sur nos désirs …

Les risques d’infidélité dépendraient de votre signe astrologique chinois …

Le site Ashley Madison s’est amusé à classer ses membres en fonction de leur signe astrologique chinois.

Résultat :

  • Les hommes les plus infidèles seraient du signe du serpent.
  • Les femmes les plus infidèles seraient du signe du cheval.

signes1

Vous ne connaissez pas votre signe astrologique chinois ? Découvrez-le en fonction de votre année de naissance :

signes2

Vous avez plus de chances d’être infidèle si votre partenaire prend du poids …

Une enquête menée par le site extraconjugal Gleeden indique le fait de voir son ou sa partenaire prendre des kilos aurait une incidence sur l’envie d’aller voir ailleurs (un sentiment partagé par 7 femmes et 4 hommes sur 10) … Source : sondage Gleeden.com en ligne 1er au 8 janvier 2015 auprès de 30 000 membres européens (dont 5 208 membres féminins et 5 230 membres masculins résidant en France).

Les théories évolutionnistes sur la sexualité sont à prendre avec des pincettes

Des milliers d’articles évoquent l’idée selon laquelle les hommes auraient naturellement tendance à avoir plus de relations sexuelles que les femmes.

  • Les hommes seraient programmés pour avoir de nombreuses relations.
  • Et les femmes seraient pour leurs parts plus fidèles (monogames).

Cette théorie s’appuie à la base sur une étude réalisée en 1948 par le professeur Bateman (*).

Elle a depuis été reprise par d’autres chercheurs tels que le psychologue évolutionniste Robert Wright pour qui les hommes seraient en quelque sorte programmés pour propager leur patrimoine génétique (*).

Mais voilà …

Le professeur Adair Gowaty a depuis tenté de reproduire l’étude historique, avec des outils d’analyse modernes – notamment concernant l’analyse de l’ADN (*).

Résultat :

Selon Adair Gowaty :

  • Les travaux de Bateman seraient faux et biaisés.
  • Il convient de prendre du recul par rapport aux théories de la sélection sexuelle.
  • La sexualité des hommes et des femmes ne serait pas liée à la nature de leurs systèmes reproductifs respectifs.
  • Il existe en réalité une certaine parité sexuelle entre les hommes et les femmes.
  • Le nombre de partenaires sexuels au cours de la vie est relativement la même chez les hommes et chez les femmes.

Plus vous utilisez votre smartphone, plus vous avez de risques d’être cocu(e) …

D’après une enquête réalisée en 2013 par le site pour infidèles Victoria Milan, passer plus de temps sur son smartphone qu’avec son ou sa partenaire augmente les risques d’être trompé(e).

L’infidélité serait (aussi) liée au QI

D’après une étude réalisée par Satoshi Kanazawa, psychologue à la London School of Economics, les personnes qui ont un quotient intellectuel (QI) élevé seraient moins enclines à succomber à l’infidélité (*).

Plus un homme tombe amoureux facilement, plus il a de risques de déraper ?

La psychologue Nafsika Thalassis a interrogé 5.000 utilisateurs (hommes et femmes) du site de dating Parship en 2010 (*).

D’après son enquête, 42% des hommes qui ont eu un coup de foudre ont ensuite trompé leur conjointe (trois fois plus que les amants qui ont besoin de temps pour partager des sentiments plus forts).

Puisque nous évoquons les travaux de Nafsika, sachez que la psy a également découvert :

  • Qu’une personne sur cinq a avoué avoir été infidèle dans une précédente relation.
  • Que les hommes infidèles ont en moyenne 3 à 4 histoires extraconjugales.
  • Que les femmes en comptent 1 ou 2.
  • Qu’une personne sur 3 considère qu’elle ne pourrait pas pardonner une infidélité.
  • Que 22% des hommes et que 6% des femmes accepteraient de pardonner une fois, mais pas deux.

Devenir membre